Sign Up

Sign In

Forget Password

Lost your password? Please enter your email address. You will receive a link and will create a new password via email.

You must login to ask question.

Chocolat - Loupiac
Crédit : Pixelus
Bien mangerBien boireGastronomieGirondeIls nous ont invité !

Chocolat – Loupiac : l’accord met et vin en or !

A l’approche des fêtes de fin d’année, le château Dauphiné-Rondillon (Loupiac), dans le vignoble bordelais, a fait découvrir à une poignée de journalistes et blogueurs des accords traditionnels et plus originaux entre chocolat et vins de la propriété. De quoi faire le plein d’idées pour le réveillon ! (Attention, article à haute teneur en gourmandise)

Premiers jours du mois de décembre, premiers froids, Noël qui se profile… Dans votre esprit, fêtes de fin d’année riment avec Père Noël (quoi ? Bien sûr qu’il existe !), mais surtout avec chocolat. Et ce ne sont pas Sandrine Darriet et son frère Jean-Christophe, propriétaires du château Dauphiné-Rondillon, à Loupiac sur les côteaux de la rive droite de la Garonne, qui diront l’inverse. Après une première soirée mets japonais-loupiacs organisée fin septembre, ils ont réitéré l’expérience avec des accords Chocolat – Loupiac à l’approche de l’hiver. Gourmand et surprenant. Dans l’assiette, des bouchées sucrées-salées confectionnés par le traiteur « Arom », et des chocolats créées par la célèbre maison bordelaise Cadiot-Badie. Le tout, accompagné des loupiacs de la propriété, ces vins liquoreux tout en subtilité. L’occasion de réviser, ou de revisiter ses classiques avant les fêtes. Et pourquoi pas de tenter l’expérience chez vous !

Château Dauphiné-Rondillon
Crédit : Pixelus

Vin et chocolat sont deux produits plus similaires qu’on ne peut le penser de prime abord. La notion de terroir, la diversité des cacaos (à l’image de celle des cépages) selon leur provenance géographique, la fermentation pratiquée lors du processus de fabrication, l’existence de grands crus… Serge Michaud, propriétaire de Cadiot-Badie, était là pour conter à l’assistance captivée toute la richesse et la subtilité du chocolat. Des explications ponctuées des précisions techniques amenées par Jean-Christophe Darriet sur le vin, ainsi que par l’expertise des accords mets-vins de sa sœur Sandrine, elle qui enseigne cette matière à l’Ecole du Vin de Bordeaux et a participé à l’émission « Top Chef » en 2012.

Palets sur le palais

Dans la dégustation aussi, le parallèle vin-chocolat prend tout son sens. 1,2,3… Regardez, sentez, dégustez. Premier crédo, pour déguster brillamment, commencez simplement. Comprenez : goûtez des chocolats purs. Sous forme de palets, sans aucun fourrage. Vous parviendrez ainsi à distinguer les saveurs, sucre, acidité, amertume, notes fruitées, torréfiées… Et risquez d’être surpris par la richesse des arômes et sensations, plus dures à percevoir en présence d’un fourrage au praliné, café, ganache…

Ce soir-là, pour commencer, un Madagascar 100 % cacao, sans une once de sucre, donc. En bouche, l’explosion de saveurs (à ceux qui pensent ne pas aimer le chocolat sans sucre, vous pourriez bien réviser vos positions!) Une attaque fraîche, suppléée par la puissance du cacao et une finale presque sucrée. Retour ensuite à un peu plus de sucre avec un Madagascar 76 %, la différence est perceptible, la texture différente, plus soyeuse, et le goût plus sur la douceur. Le Vietnam 76 %, qui s’en suit est surprenant, tout en suavité et douceur. Pour finir cette première dégustation, un cocktail de cinq épices, né d’une « expérience dominicale » de Serge Michaud.

Un mélange de chocolat, de vanille, café, fève tonka, piment d’Espelette et cannelle. Une véritable symphonie d’arômes, avec des notes citronnées, de figue et de réglisse.

Une véritable symphonie d’arômes, avec des notes citronnées, de figue et de réglisse. Avouez, ça vous met un peu l’eau à la bouche, tout ça… !

Dessert chocolat
Crédit : Pixelus

Et justement, au milieu de cet océan de chocolat, vous vous demandez : « et le vin ? » Je vous réponds : la cuvée d’Or 2007, issue d’une sélection de vieilles vignes de 100 ans d’âge, en même temps que les poiriers toujours présents sur la propriété. Un vin à la magnifique couleur d’or, exquis équilibre de fraîcheur et d’arômes de coing, figue et fruits confits. Ce Loupiac vient tantôt tempérer l’éventuelle amertume du chocolat par le sucre qu’il lui amène, tantôt contrebalancer le sucre du chocolat avec sa belle fraîcheur, et en valoriser les notes fruitées. Voilà, pourquoi pas, une idée d’alternative au traditionnel champagne en cette période de fêtes.

Du sel, du sucre… et du Loupiac !

Une fois votre échauffement du palais achevé, à vous les accords sucrés-salés ! Si le fameux foie-gras et sa confiture de figue sont bien connus, on pense moins à d’autres accords plus originaux. Ce soir-là, « Arom » s’est essayé à toutes les originalités, avec des bouchées aux saveurs inédites.

Un bonbon surprise au chocolat noir cachait un cœur au guacamole, un palet mangue tourteau et un finger foie gras étaient saupoudrés de cacao amer, et un macaron chocolat épousait du thon snaké

Ne me dites pas que vous ne salivez pas, c’est humainement impossible. Si, toutefois, ce n’est pas encore le cas, regardez les photos et on en reparle !) Côté Loupiac, les cuvées d’Or 1999 et 2001 de la propriété font merveille avec ces mets, amenant là une touche de fruit exotique, ailleurs une touche d’agrume, ou la juste dose de sucre pour équilibrer les mets plus acides.

Vins et chocolats
Crédit : Pixelus

Côté desserts, par nature, certains ont tendance à fuir l’association sucre-Loupiac, par crainte d’une excessive dose de sucre. Pourtant, force est de constater qu’avec les chocolats, fourrés à divers parfums cette fois, elle fonctionne parfaitement. Chocolat fourré d’une ganache à la menthe, au pamplemousse, au jasmin ou au thé vert à la bergamote, au praliné aux amandes ou à la noisettes du Piémont torréfiées…, ces saveurs subtiles se marient divinement avec la cuvée d’exception 2009 de Dauphiné-Rondillon. Créé uniquement les années exceptionnelles, à partir des mêmes parcelles de 100 ans d’âge que pour la cuvée d’Or, ce vin n’a été produit que trois fois au cours de la dernière décennie, en 2003, 2007 et 2009. Ses notes de châtaigne grillée révèlent là encore une belle fraîcheur en bouche, qui équilibre le sucre.

Vivez l’expérience Chocolat – Loupiac

Après cette lecture, vous avez envie de vivre l’expérience chocolat-Dauphiné-Rondillon ? Rien de plus simple. Sandrine et Jean-Christophe Darriet ont créé, en concertation avec Cadiot-Badie, un coffret regroupant trois sortes de chocolats et une bouteille de la cuvée d’Exception 2009. Il est en vente au prix de 39€ dans les enseignes distributrices des vins de la propriété à Bordeaux (Max Bordeaux, Bordeaux Bulles le Sommelier, Cousin et Cie) et chez Cadiot-Badie, où vous retrouverez également tous les chocolats dégustés ce soir-là (si vous n’aviez pas d’idées de cadeau de Noël, vous en avez désormais une).

Par ailleurs, la propriété organise régulièrement des soirées-dégustation chez ses partenaires et vendeurs bordelais. Les Darriet reçoivent également les visiteurs au château depuis 2009. Et ne sauraient que trop vous inciter à venir les voir à la propriété, pourquoi pas lors d’une petite promenade à Loupiac… afin de digérer le chapon de Noël et la bûche glacée, par exemple !

Vins Loupiac
Crédit : Pixelus
Si le coeur vous en dit, votez pour cet article - (4 votes)

Soyez le premier à commenter !

avatar
wpDiscuz
Laura Bernaulte

Bordelaise des orteils à la racine des cheveux, journaliste, mon amour de la région et ma passion pour le vin sont inscrits dans mes gènes.