Economie Nouvelle-Aquitaine
Economie Nouvelle-Aquitaine
Nouvelle AquitaineActus

Comment l’économie aquitaine a réussi à intégrer le top 5 des régions françaises ?

Devenue la Nouvelle-Aquitaine à la faveur de la réforme territoriale de 2015, cette appellation ne pouvait que convenir à cette région dont le renouveau s’est amorcé dès les années 90. En effet, à la faveur d’un dynamisme économique tiré par les entreprises d’Aquitaine du tertiaire, ce ne sont pas moins de 15 000 emplois qui ont été créés entre 1990 à 2013 : un résultat supérieur à l’ensemble des autres régions de France, hors Île-de-France.

Cette tendance haussière continue s’explique principalement par la résilience de l’industrie et l’émergence d’une agriculture repensée. En effet, cette région classée deuxième vignoble de France voit poindre des profils cadres de plus en plus nombreux, attirés autant par sa douceur de vivre que par ses promesses d’avenir.

La Nouvelle-Aquitaine, une multiplicité de talents et d’atouts naturels

Avec la réforme territoriale de 2015, effective au 1er janvier 2016, la fusion de l’Aquitaine avec le Limousin et le Poitou-Charentes a permis l’émerge de la plus importante puissance régionale de France : une puissance aussi vaste que l’Autriche ! Ses 12 départements, résolus à regarder de concert vers l’avenir sans rien perdre de leurs identités, confortent ainsi l’Aquitaine dans son attractivité.

Amorcée dès les années 90, celle-ci s’affirme donc davantage aujourd’hui, ce qui a permis aux entreprises d’Aquitaine de pousser leur région dans le Top 5 des régions les plus dynamiques.

Un patrimoine immatériel, moteur de la croissance des entreprises d’Aquitaine

La Nouvelle-Aquitaine, dont la capitale est Bordeaux, compte 720 km de plages qui relient La Rochelle à la Côte basque. À cela s’ajoutent les Îles de Ré ou d’Oléron qui attirent chaque année de nombreux touristes, émerveillés par ce riche littoral sublimant des arrière-pays aux nombreux parcs naturels, aux vastes plateaux et dont certains noms sont aussi incontournables qu’intemporelles : Dune du Pilat, Bassin d’Arcachon, cité historique de Saint-Émilion…

Dune du Pilat

Si la destination capitalise sur ces forts atouts naturels, son attractivité ne s’arrête pas là. En effet, ces derniers ont été renforcés par des infrastructures pensées pour accompagner la croissance des entreprises d’Aquitaine.

La région en chiffres
  • 4 ports de commerce
  • 10 aéroports (dont 7 internationaux : Bergerac, Biarritz, Bordeaux, La Rochelle, Limoges, Pau et Poitiers)
  • 3 000 km de réseaux TER
  • 315 gares et haltes

Les secteurs clés de l’économie en Nouvelle-Aquitaine

Super star de la production de maïs et de tournesol, la Nouvelle-Aquitaine s’impose résolument comme un modèle d’agriculture forte et diversifiée.

Si le secteur a perdu des emplois, les filières agricole et agroalimentaire comptent plus de 180 000 salariés

C’est donc l’un des employeurs majeurs de la région, à l’instar des secteurs des services aux entreprises et du tertiaire non marchand.

La Nouvelle Aquitaine : première région agricole d’Europe

La Nouvelle Aquitaine compte approximativement 85 000 exploitations dont l’excellence est récompensée par de très nombreux labels : 155 signes d’identification qualité y sont recensés, le plus important nombre de France.

Les entreprises dédiées à l’agriculture dégagent ainsi 9,4 milliards d’euros de chiffre d’affaires, ce qui permet à la région de se classer sur la première marche du podium européen en termes de valeur

Parmi ces filières d’exception, on compte une diversité de production, à l’image des somptueux panoramas de la Nouvelle Aquitaine.

Maïs et tournesol : des champions toutes catégories confondues

Malgré une polyculture riche, les champions de l’agriculture aquitaine restent le maïs (427 780 ha de surface cultivée en 2017, principalement dans les Landes) et le tournesol avec 36 % de la production nationale. À l’ombre de ces géants, des entreprises d’Aquitaine, productrice de fruits et légumes tirent toutefois leur épingle du jeu. Il en est ainsi de celles produisant du melon, le célèbre piment d’Espelette, les pommes du Limousin, les tomates du Marmandais ou bien encore les noix du Périgord, pour ne citer qu’elles.

Un vin que le monde entier lui envie

La viticulture compte aujourd’hui 13 000 entreprises d’Aquitaine qui valorisent les 216 000 hectares de vigne que compte la région, soit 20 % de la surface française dédiée à cette activité. Première production de France, reconnue à l’international, elle y truste souvent les plus hautes marches des podiums grâce à ses nombreux grands crus, ses prestigieuses appellations (vignobles de Bordeaux, Bergerac, Cognac et, partiellement, d’Armagnac), mais aussi ses productions plus confidentielles (Limousin et Poitou-Charentes).

Élevage et aquaculture, au cœur de l’excellence

Autres filières d’excellence de la Nouvelle Aquitaine : l’élevage bovin et caprin, la mytiliculture et l’ostréiculture. C’est d’ailleurs dans cette région que l’on trouve la seule STG (Spécialité Traditionnelle Garantie) de France pour les Moules de Bouchot.

Filière bois : encore en première place…

La Nouvelle-Aquitaine compte encore 3 millions d’hectares de surface boisée, ce qui en fait encore un chef de file et la première région forestière de France. Grâce à cet atout naturel, de nombreuses entreprises se sont spécialisées dans le travail du bois, les industries du papier et l’imprimerie.

Les entreprises d’Aquitaine en mode tertiaire marchand

À l’image des autres régions françaises, la Nouvelle Aquitaine a vu se développer à un rythme rapide le secteur tertiaire marchand. Ainsi, à fin 2013, on y comptait 43 % des emplois (tous secteurs confondus y compris l’immobilier) contre 36 % en 1990, selon une note récente de l’Insee. Parmi eux, ce sont les activités scientifiques et techniques, ainsi que les services administratifs et de soutien qui tirent le plus cette branche vers le haut avec 10 % de l’emploi salarié.

Les entreprises d’Aquitaine ayant des activités informatiques et services d’information ne sont toutefois pas en reste puisqu’elles connaissent une véritable augmentation de 5,9 % par an contre + 5 % dans le reste des régions françaises

Cette embellie est cependant contrastée selon les différents départements de la région, certains étant plus actifs que d’autres sur le segment tertiaire marchand, véritable locomotive de la Nouvelle Aquitaine.

Des filières d’exception au cœur de l’innovation

Depuis une vingtaine d’années maintenant, les différents acteurs régionaux aujourd’hui intégrés au nouveau territoire ont favorisé l’essor de passerelles entre les mondes de la recherche et de l’entreprise. Peu à peu un écosystème vertueux a permis l’émergence de filières d’avenir portées par des entreprises d’Aquitaine créatrices de valeur dans différents domaines de pointe comme l’aéronautique, le spatial, la sous-traitance mécanique, le numérique, la chimie verte et les filières éco-responsables, les matériaux avancés, la photonique, l’industrie du luxe ou la silver économie.

Toutes ces filières permettent à la Nouvelle Aquitaine de connaître une dynamique d’emploi bien supérieure à la moyenne régionale : + 0,7 % par an, soit un gain annuel de 15 000 emplois

La région s’est donc naturellement positionnée dans le top 5 des régions françaises les plus dynamiques, notamment au regard de l’augmentation de sa richesse tirée d’un PIB évalué à 158,1 milliards d’euros en 2013 dont la croissance est supérieure à toutes les autres régions françaises hors Île-de-France.

En conclusion, s’il est vrai que les dynamiques d’emploi sont contrastées selon les départements de la Nouvelle Aquitaine, cette région s’inscrit résolument parmi les économies les plus dynamiques et les plus variées, et ce, depuis deux décennies. Cette bonne santé des entreprises d’Aquitaine et leur résilience face à la crise de 2008 ont fait de leur économie locale une véritable puissance régionale qui n’a pas attendu la fusion de 2016 pour s’organiser de manière à mutualiser les coûts et les compétences ou, a contrario, à marquer des différences afin de mieux développer ses filières d’exception. Les pôles de compétitivité et plus de 70 clusters répartis ici et là sur toute la région en sont la plus belle illustration.

Votez si vous avez aimé cet article - (3 votes)

Participer à la discussion , laissez un commentaire ;)

avatar