Savez-vous parler le saintongeais ? Au risque de passer pour un baignassout, voici un condensé des mots et expressions à connaître impérativement si vous envisagez un long séjour, voire à vous installer en Charente-Maritime. Non pas que les autochtones soient bourrus ou désagréables (on ne devient pas la destination préférée des Français par hasard), mais une sorte de kit de survie en milieu non-hostile !

Dans de nombreux recoins de la Nouvelle-Aquitaine certains mots font carrément partie de la culture locale. Si vous êtes curieux, allez jeter un œil à notre sélection des meilleures expressions du Sud-Ouest.

Les expressions typiques de la Charente-Maritime

1. Asteur !

Littéralement, ce mot-expression pourrait se traduire par « à cette heure ! ». Dans le saintongeais courant, « asteur » est presque devenu un signe de ponctuation pour terminer ou débuter une phrase. Un peu comme le « hé cong ! » marseillais, en quelque sorte.

2. Baignassout

Accueillir des touristes, ça laisse forcément des marques (et pas seulement sur la peau à cause des coups de soleil). « Baignassout » désigne ainsi d’une manière amicale (mais un peu moqueuse, il faut l’avouer), les vacanciers qui viennent sur la côte charentaise pour aller goûter l’océan (et on veut bien leur prêter le temps d’un été !).

3. Benèze ou beun’aise

Parce qu’il fait tellement bon vivre en Charente-Maritime, on y est forcément « bien à son aise », et les Saintongeais se mettent à l’aise en toutes occasions !

4. Buffer

Rien à voir avec la gestion des réseaux sociaux (les community managers comprendront), « buffer » en saintongeais, c’est « souffler », et parfois même très fort ! Lors de la tempête Xynthia, par exemple, pour sûr, « O’l’a buffé ! »

5. Cagouille

Symbole de la région, l’escargot petit-gris, ici nommé « la cagouille », se déguste à toutes les sauces, et particulièrement à la charentaise, c’est-à-dire farcis à la chair à saucisse et poêlés dans une sauce tomate, avec ail et vin blanc. Mmmmmm !

6. Chapia

Dans l’une des régions les plus ensoleillées de France, on ne sort pas sans son chapia, autrement dit son chapeau ! Idéal pour être parfaitement beunèze (oui bon, maintenant, vous savez ce que ça signifie 😉 )

7. Cul salé

Si vous ne l’aviez pas encore remarqué, la Charente-Maritime a un littoral, et même près de 470km de cote, alors forcément, ça en fait un paquet de culs salés ! Les habitants du littoral ainsi nommés le sont en fait en référence aux nombreux marais salants qui jalonnent les cotes charentaises. À ce propos, vous avez déjà goûté la fleur de sel de l’île de Ré ?

Charentais

Charentais – Crédit lesdurathieurs.com

8. Cougnat

Produit local par excellence, le « cougnat », le cognac, même s’il est à classer parmi les spécialités charentaises non maritimes, s’étend sur un territoire qui déborde très largement sur la Saintonge, et même un peu l’Aunis… Ça valait bien un petit surnom !

9. Drôle / Drôlesse

Drôle de manière de parler d’un enfant, fille ou garçon ! L’expression, qui peut étonner la première fois, n’a pourtant aucune connotation péjorative, au contraire, elle est même plutôt affectueuse !

10. Embauche / Débauche

Pendant que certains commencent et finissent leur journée de travail, en Charente-Maritime, on embauche et on débauche. « À quelle heure tu débauches, qu’on aille boire un verre en ville ? » De là à dire que les bars sont des lieux de débauche… !

11. Fine goule
Avec autant de bonnes choses à boire et à manger, les Charentais-Maritime sont des épicuriens assumés, des « gueules fines » qui n’hésitent pas à déguster tout ce qu’on leur proposerait !

12. Gaujer

Voilà un verbe bien pratique qui exprime une situation habituellement difficile à décrire en un seul mot : quand on se retrouve le pied dans une flaque ou une mare d’eau, trempé jusqu’à la cheville au minimum, « on gauje ». Personnellement, moi qui ne suis pas Charentaise d’origine, c’est le mot que j’ai adopté en premier !

Voilà maintenant, les drôles, pour sûr, étiant prêts à vivre en ‘Arente-Maritime, asteur !

  1. Avatar Henri-Pierre Juguet dit :

    euh… « A c’t’heure » c’est pas charentais ! c’est sans doute même plutôt normand ou tourangeau (du moins je les entendais là quand j’étais petit). Raymond Quenault, normand du Havre, l’utilise. On l’utilise à Paris pour singer un parler paysan, mais pas que. En fait ça se dit dans de nombreuses régions, je pense. De même pour embaucher/débaucher ! J’entendais ça en banlieue parisienne il y a 50 ans !
    Au-delà, ce n’est pas la première fois que je vois des sujets sur le parler charentais qui s’approprient des mots simplement français… ça aussi c’est peut-être une particularité régionale !!! 😉 Bon, tant qu’il y a des langues régionales, tout va bien ! Bonne journée à qui me lira peut-être !!

    1. Avatar Priscilla Dezootopie dit :

      Rhô ! La Charente, c’est aussi la France ! Et je crois que ce sont tous nos mots patois qui ont constitué notre belle langue !

    2. Avatar Michcaille 22 dit :

      Exactement c’est du Normand et en Bretagne c’est « agnieux »

  2. Avatar Dabopi17 dit :

    A connaître si on vit en charente

  3. Avatar Lepic-Paquette dit :

    Asteur c’est une variation québécoise de « A cette heure ».
    Ça vient du Jeannois (vieux Saintongeais). (Accent du Lac-St-Jean).
    Les Saguenéens qui vivent portant l’autre côté du lac près de la
    rivière disent : s’teur. Asteur étant trop long! MDR!!!

    1. Avatar Xede dit :

      Et oui beaucoup de Canadiens sont originaires des Charentes

      1. Avatar Bernie dit :

        Bien le bonjours!
        La Charente etait une region pauvre et au XVII, quand le Quebec recherchais des habitants, pas mal de Charentais ont demenage pour ne pas avoir trop faim. Je suis de famille charentaise et j’habite a la Nouvelle Angleterre depuis 45 ans. Quand je vais dans la zone francophone du Canada, dans les coins un peu isoles, je suis surpris d’entendre des mots du patoi charentais, des mots qui ne sont pas connus a Paris.
        J’vais voir mes poules. J’avais mis des oeux a couer et le counis est en train de cerver.

  4. Avatar Drolesse rochelaise dit :

    On mange des chocolatines, parce que les pains au chocolat, on connaît pas ça . On «  bade » aussi ( on bulle, on rêvasse ) et on since le sol quand d’autres passent une serpillère .

  5. Avatar Drolesse rochelaise dit :

    Et mon grand père disait un «  cheun » pour un chien

  6. Avatar Péquenaud de la côte dit :

    cré fi de garce ! v’la t’y pas que les béniassous voudrant nous faire la leçon !
    Et des penances par exemple olè t’y quoi d’après toi ?
    et pi ca aussi : a matin ô l’aviant de l’égaille dans les garouilles—->>> traduisez voir .
    A c’t’heure m’en va mettre de l’éve dans mon pastis tiens !

    1. Avatar Péquenaud de la côte dit :

      et pi ça aussi : ote fois aviant un cheun , vi drolesse rochelaise ! un cré fi d’garçe de cheun, l’étiant aussi ben sur le poèl que sur le piume !

    2. Avatar pussycat dit :

      Mauvaise orthographe: béniassou s’écrit baignassout penser au verbe baigner !

  7. Avatar Oliv' dit :

    Moi qui suis charentais depuis peu j’apprécie ces mots qui chantent.
    Et comme je suis tombé en amour pour une charentaise d’adoption, je vais adopter quelques mots pour ne pas passer pour un idiot.
    Merci

  8. Avatar margotine dit :

    100% cagouillarde, je valide

  9. Avatar Ray dit :

    Connaissez-vous l’expression :
    « Mon jardin est sec comme beurgeasse » ?

  10. Avatar tikidolo dit :

    Et je rajouterai : kéto golé che (qu’est que c’est)…un oulliette, un friquet, une sinsse,

  11. Avatar Lezouf dit :

    Je voudrais bien savoir pourquoi les charentais -région de Cognac-appellent le maïs la garouille.
    J’ai fais des tas de recherches sur le net,impossible d’avoir d’où vient cette appellation.
    Si quelqu’un le sait qu’il m’envoie un petit mail à l’adresse jointe.Je n’aimerais pas mourir idiot!!!!!
    Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *