Histoire du Stade Rochelais
Histoire du Stade Rochelais - Crédit Joël SALMON
Charente MaritimeSports et loisirs

Supporters du Stade Rochelais, l’histoire du meilleur public du Top 14 !

Ici, ici, c’est la Rochelle ! Qu’on soit ou non amateur du ballon ovale, difficile, quand on habite en Charente-Maritime, de passer à côté de l’équipe de rugby locale, le Stade Rochelais ! Ses succès récents en Top 14, mais aussi la ferveur du public pour encourager les « Jaune et Noir », en font un club incontournable du championnat français.
Votre copain supporter veut vous trainer au match mais vous n’y connaissez rien en rugby, et encore moins au Stade Rochelais ? Allez, on vous donne de quoi briller en société… à la troisième mi-temps !

Le rugby, c’est quoi ?

Avant de vous raconter l’histoire du plus célèbre club de Charente-Maritime, commençons par la base. Vous avez admis n’y rien connaître, alors reprenons les fondamentaux ! Le rugby en Top 14 et tel qu’on le connaît dans les grandes compétitions internationales, est du « rugby à XV », c’est-à-dire avec 15 joueurs par équipe sur le terrain. D’où le XV de France pour parler de l’équipe nationale… et oui ! C’est la variante la plus pratiquée du rugby, mais il existe également le rugby à 7, à XIII…

Le rugby est donc un sport collectif qui se joue à la main avec un ballon ovale. Cette forme particulière du ballon s’explique par le fait qu’il est ainsi plus facile de le saisir et de le coincer sous le bras en le planquant sur le buste, pour avancer sur le terrain

C’est William Guilbert, le cordonnier de la ville de Rugby en Angleterre (où est né ce sport, vous aurez compris), qui a créé cette forme ovoïde. Guilbert est encore aujourd’hui le leader mondial de la fabrication de ballons de rugby.

Position corps rugby Top 14

Les règles essentielles du rugby

Qui dit sport, dit règles. Et malgré les apparences qui voudraient nous faire penser que le rugby est un sport de « brutes », c’est tout le contraire : il s’agit d’un sport de contact, certes, mais surtout un jeu aux règles complexes et très stratégique, qui se construit dans un réel mouvement collectif.

La règle de base au rugby, c’est qu’on se passe le ballon TOUJOURS en arrière, sinon, il y a « en-avant » ! Vous me suivez ?

Pour avancer dans le jeu, le joueur qui possède le ballon court vers l’en-but de l’équipe adverse (c’est-à-dire la dernière ligne où se trouvent les poteaux, en forme de grand « H »), et s’il doit faire une passe, elle doit se faire à un joueur situé derrière lui. Et cette règle fonctionne aussi, par exemple, si le joueur lâche le ballon devant lui, et qu’il le récupère après rebond : on compte là aussi un « en-avant ».

Au rugby, on peut marquer des points de plusieurs manières :

  • Par un essai, c’est-à-dire lorsqu’un joueur arrive à plaquer le ballon derrière la ligne d’en-but avec une ou deux mains
  • Par la transformation de l’essai (le coup de pied à envoyer entre les poteaux après l’essai)
  • Par une pénalité : en cas de faute de l’équipe adverse, on peut choisir de tenter la pénalité, c’est-à-dire un tir au pied (comme pour la transformation) vers les poteaux adverses
  • Par un drop : c’est un tir au pied pendant le jeu, spontané, qui, s’il passe entre les poteaux, fait gagner des points à l’équipe qui l’a réussi

À noter qu’au rugby, contrairement au football, la ligne fait partie de l’en-but, et d’une manière générale, c’est le corps du joueur qui compte et non le ballon lors d’une sortie de terrain (il y a sortie de jeu lorsque l’on met un pied dehors par exemple, même si le ballon reste dans la surface de jeu).

Et pour les points comment ça se passe ? Un essai vaut 5 points, sa transformation 2, une pénalité ou un drop, 3 points. Facile non ?

L’action au rugby est constante, et pendant les temps morts, le chrono s’arrête. Un match dure deux fois 40 minutes et temps réel de jeu. Le match s’arrête à l’issue de ces 80 minutes, jusqu’à la fin de la dernière action.

Les mots de vocabulaire du rugby

Bon ça y est, vous avez les bases ? Maintenant, histoire de vous la raconter un peu, vous pouvez tenter de glisser quelques termes techniques.

D’abord, la mêlée ! Cette phase de jeu particulière rassemble huit joueurs de chaque équipe sur trois lignes qui s’affrontent. Le demi de mêlée introduit le ballon dans le tunnel ainsi formé, sur commandement de l’arbitre. Une mêlée spontanée peut également se créer pendant le jeu, les joueurs avancent alors et font avancer le ballon avec le pied.

Le « maul » est également une sorte de mêlée spontanée, regroupant trois joueurs au moins, qui poussent et entraînent le porteur de ballon vers l’avant.

Dans les tactiques de jeu, on peut citer la chandelle (une passe en cloche vers l’avant, pour avancer rapidement et si possible rattraper le ballon avant qu’il ne retouche le sol, ce qui évite un en-avant). La chistera (une passe dans le dos avec un mouvement de bras proche de celui de la pelote basque). La cravate (sorte de plaquage à hauteur du cou, totalement interdit car considéré comme dangereux, donc sanctionné). Un tampon ou un bouchon (plaquage puissant et spectaculaire)… Vous les apprendrez bien au fur et à mesure !

Le Stade Rochelais, toute une histoire !

Maintenant que vous êtes incollable sur le rugby, revenons à nos moutons… rochelais ! Vous êtes quartier Port-Neuf, aux portes du stade Marcel Deflandre. Avant d’entrer dans l’arène, la question qui se pose tout d’abord, c’est « mais quelle est l’Histoire du Stade Rochelais ? ».

Le club a été créé le 8 avril 1896, sous la forme d’une société multisports. La section rugby ne sera reconnue qu’en 1898. Alors que le rugby est plutôt un sport du sud, la présence d’un club (actif) au Nord de la Garonne s’explique par le fait que la région, avec le commerce du Cognac, était largement peuplée d’Anglo-Saxons… qui aimaient ce sport !

Début XXe, le club évolue et se développe au gré des unions sportives locales. Les deux guerres mettront à mal le club et il faudra attendre le début des années 50 pour voir les premières belles victoires du stade Rochelais, qui s’installe alors en Fédérale, le plus haut niveau de l’époque.

Le succès durera jusque début 2000, puisque le club se maintiendra en haut des tableaux, même au passage en 1997 en professionnel. De 2002 à 2013, le Stade Rochelais est relégué en Pro D2, malgré un retour éclair en Top 14 lors de la saison 2010-2011. La saison 2014-2015 marque le retour du Stade Rochelais en Top 14, concrétisation du projet « Grandir ensemble 2015 » dont tous les objectifs seront réalisés. Aujourd’hui le club est sur une dynamique exceptionnelle et les résultats sont au rendez-vous, pour le plus grand bonheur des supporters et des Rochelais.

Pourquoi le Jaune et Noir ?

C’est Jean-Michel Blaizeau, écrivain et historien rochelais, qui a écrit un ouvrage sur le club, bourré d’anecdotes, qui nous en dit plus à ce sujet. « Avec le développement du commerce import-export du cognac, apprécié des Anglo-saxons, des courtiers anglais installés en 1900 à La Rochelle venaient perfectionner leur français au lycée. C’est ainsi qu’ils initièrent quelques camarades aux règles de ce sport de gentleman, avec son drôle de ballon ovale.

Le groupe se retrouvait sur le Champ de Mars, rejoint par des militaires du 123e régiment d’infanterie de la caserne voisine, pour y disputer des parties acharnées, sans pouvoir parfois se distinguer lorsque le terrain était gras. Le bar des Glacis tout proche servait de vestiaires.

La tenancière, la mère Joseph, préparait la baille d’eau froide pour décrotter les chaussures avant d’y pénétrer. Pour faciliter l’identification des joueurs, elle tricota des ceintures de flanelle, jaunes pour les uns, et noires pour les autres.

Et lorsque le Stade Rochelais disputera en 1902 le championnat de l’Atlantique, le futur président (…) choisira le Jaune et le Noir comme couleurs représentatives de cette société omnisports. » Tout simplement !La Rochelle jaune et noir

Le stade… du Stade Rochelais

Dans le cadre du projet « Grandir Ensemble 2015 », un des objectifs étaient de porter à 15 000 le nombre de places dans le stade Marcel Deflandre. Suite aux travaux achevés en septembre 2017 avec la construction d’une nouvelle tribune.

C’est désormais chose faite puisque ce sont désormais 16 000 personnes qui peuvent venir aux matches. Ce qui en fait le plus grand stade de Poitou-Charentes !

Stade de La Rochelle
Stade de La Rochelle – Crédit J.PH LE GARREC

Mais au fait, qui est Marcel Deflandre ?

Le stade où jouent les Jaune et Noir porte son nom, mais qui est-il ? Après l’invasion allemande, Marcel Deflandre, directeur des Raffineries du Midi au port rochelais de La Pallice, est élu président du Stade Rochelais. Le club résulte à l’époque, à la reprise des activités sportives en zone occupée, d’une fusion en janvier 1941 de plusieurs sections sportives rochelaises.

Marcel Deflandre rentre en octobre 1942 dans la Résistance locale au sein du groupe « Honneur et Patrie ». Il sera notamment chargé de détourner et fournir du carburant pour les réseaux locaux. Arrêté un an après, en octobre 1943, il sera condamné à mort et exécuté le 11 janvier 1944.Marcel Deflandre

Qui est George Henry Jackson, qui donne son nom à l’une des tribunes ?

La tribune G.H. Jackson, d’une capacité de 2 609 places et située derrière l’un des deux en-but, porte également le nom d’un ancien président du club. Ce fut même le premier ! Consul des États-Unis à La Rochelle nommé en 1898, il intègre rapidement le comité technique et sera président du Stade Rochelais de 1904 à 1911.

Il sera un ambassadeur influent de l’ovalie en terre rochelaise et contribuera à l’épanouissement du rugby dans la région.

George Henry Jackson

Qui sont les bagnards rochelais ?

Impossible d’aller au stade sans entendre les chants et les encouragements des supporters. Et quand on joue en Jaune et Noir, le déguisement est vite trouvé ! Un costume digne des Dalton et les Bagnards Rochelais sont nés. Leur but : venir encourager le Stade Rochelais à domicile et à l’extérieur. Avant, pendant et après le match, ils ont leurs chansons pour mettre le feu !Les bagnards rochelaisIl existe également deux autres clubs de supporters : « Agir avec le XV Rochelais » et le bien nommé « Club des Supporters », association adhérente à la Fédération Française des Supporters du rugby (FFSR) reconnue par la Ligue Nationale de Rugby et la Fédération Française de Rugby.

En 2011, pour leur ferveur et leur fairplay, pour leur bonne humeur et l’ambiance qu’ils mettent, les supporters rochelais ont été élus Meilleur public du Top 14 !

La mascotte du club

Si vous voyez une panthère noire faire le tour du stade dans sa tenue de rugby du Stade Rochelais, ne craignez rien ! Il s’agit de la mascotte du club, qui contribue largement à l’animation des matches avec les chants des supporters. Depuis plus de 7 ans, c’est Angelo Deschamps qui endosse le costume chaque jour de match, et qui donne toute son énergie pour le plus grand bonheur de tous les spectateurs. Vous le connaissez ?

Voilà, vous êtes prêts pour aller au stade, et profiter pleinement du spectacle sans en perdre une miette, de l’avant match à la troisième mi-temps ! Ici, ici, c’est La Rochelle !

Mascotte du Stade Rochelais, panthère
Mascotte du Stade Rochelais – Crédit staderochelais.com

*Pour en savoir plus sur l’histoire et les histoires du club, on ne peut que vous conseiller l’ouvrage de Jean-Michel Blaizeau, “ 115 ans d’histoire(s)” qui regorge d’anecdotes sur le Stade Rochelais. Il est vendu à la boutique du stade.

Si le coeur vous en dit, votez pour cet article - (5 votes)

Soyez le premier à commenter !

avatar
Laure Bergeron
Inspirée, sociable et connectée.... Let's talk !